Actualités

Découverte franco-algérienne de l’animation socio-culturelle

En 2012, le programme Joussour facilite le rapprochement entre deux associations membres afin de monter ensemble un projet d’échange pour les jeunes des deux rives. Il s’agit de l’association Flambeau Vert pour l’Environnement de Constantine et de l’association françaises Les Francas.

L’objectif du projet était de former des jeunes animateurs de l’association Constantinoise. Mais suite aux échanges entre les deux associations, il a été convenu de former aussi bien des jeunes algériens que français, mais aussi de cibler des jeunes d’autres associations que le Flambeau.

Ainsi, 12 jeunes, issus de trois villes (Constantine, Annaba et Béni Saf) et 9 jeunes de Grenoble ont pu prendre part à une aventure qui allait être riche en apprentissage, en découverte mais aussi en difficultés et en rebondissements.

Le projet s’est inscrit, dés le départ, dans le cadre de la coopération décentralisée et a pu bénéficier du soutien des deux villes, la ville de Constantine et celle de Grenoble (villes jumelles), qui ont apporté un soutien financier, mais aussi tout un travail de facilitation pour la mise en œuvre des activités (mise à disposition d’espaces, de moyens logistiques, de ressources humaines…)

La mise en œuvre du projet n’a pas été de tout repos, les organisateurs ayant eu à affronter l’épreuve des Visas, mais aussi du montage financier.

Malgré ces difficultés, qui auraient pu faire avorter cette initiative, les porteurs sont allés jusqu’au bout et les jeunes des deux rives ont pu bénéficier d’une formation en France sur les outils d’animation socio-culturelle, ont créé des binômes d’animateurs algéro-français et ont pu mettre en pratique leurs acquis dans un stage d’immersion à Constantine dont ont bénéficié plusieurs associations partenaires de la ville, avec un fort soutien de la wilaya, de l’APC et de la DJS.

« Pour mon premier entretien d’embauche, j’ai fait appel à des techniques que j’ai apprises lors de ce stage » nous dira l’un des jeunes bénéficiaires du projet, aujourd’hui cadre.

Farid Kerboua, le président du Flambeau Vert pour l’Environnement, reflète sur ce projet avec beaucoup de nostalgie « C’était une expérience riche en apprentissage, nous avons eu beaucoup de difficultés mais nous avons appris les éléments sur lesquels une association doit toujours anticiper. Ce projet est un jalon important dans la vie de notre association ».