Actualités

Agir avec les enfants et les adolescents dans les espaces éducatifs, l’été

Passer d’un « agir pour » à un « agir avec » les enfants et les adolescents, tel est l’enjeu qu’il faut relever en préparant l’été avec toute l’équipe éducative du centre de loisirs et de vacances.

Pourquoi un tel enjeu ? Parce qu’il est toujours plus facile de faire, de dire, d’organiser… pour les enfants que de faire, de dire, d’organiser… avec les enfants. Parce qu’il est plus simple de reproduire que d’interpréter, de créer ou d’inventer.

Parce que les centres de loisirs et de vacances doivent être des espaces d’éducation populaire qui privilégient les démarches d’expression et de participation. Parce que…

Les centres de loisirs et de vacances sont, avant tout, des espaces où des enfants et des adolescents, des directeurs, des directrices, des animateurs et des animatrices, des personnels techniques, des intervenants sportifs ou culturels, des habitants, des citoyens, vivent et agissent ensemble.

« Agir avec » est une démarche constitutive de leur projet pédagogique. Et les vacances d’été constituent un temps favorable pour faire vivre cette démarche sur un temps long…

Voici quelques approches de l’« agir avec » que chacun pourra expérimenter, animer, mettre en vie cet été.


Agir avec… ou être acteur de ses vacances avec le centre de loisirs


Permettre aux enfants et aux adolescents d’être des acteurs de leurs vacances… Tel est fréquemment un objectif du projet pédagogique. Le centre de loisirs est un espace de vacances. Il constitue souvent, sur les territoires, le seul accueil de proximité permettant aux enfants et aux adolescents de vivre des loisirs éducatifs. Rendre l’enfant acteur de ses vacances, c’est avant tout lui permettre de les organiser, et à son rythme.

Rendre l’enfant acteur de ses vacances, c’est aussi lui permettre de s’impliquer dans des projets d’animation qui lui sont donnés à vivre. L’équipe d’animation doit être source de proposition de projets, d’activités, de grands jeux... Elle doit, dans le même temps, concevoir la place des enfants dans ses projets pour qu’ils n’en soient pas justes des consommateurs. Il faut qu’ils puissent s’impliquer, afin de leur permettre de vivre leurs propres projets de loisirs qu’ils conçoivent entre pairs, que ce soit un circuit de bille dans le bac à sable, un projet de séjour en camping ou un festival musical local.

Ceci amène à intégrer des démarches pédagogiques actives, participatives, qui font que l’enfant est en situation de construire du savoir avec les autres, d’influer sur les règles, de faire des choix collectifs pour créer ou construire, de proposer ses solutions et de les expérimenter… Enfin, cela nécessite surtout une équipe d’animation qui s’attache moins au programme qu’elle a élaboré qu’au projet qu’elle souhaite conduire avec les enfants ou les adolescents qu’elle accueille.

Et tout ceci doit se faire au rythme de l’enfant ! Le temps de vacances est propice à un rythme de vie moins contraint. Le centre de loisirs ne doit-il pas éviter de trop baliser les journées des enfants en imposant les horaires d’activités, des temps libres, des repas, des concertations sur leur projet… ? Favoriser un « vivre à son rythme » requiert de structurer l’aménagement des temps et des espaces. Tout cela se réfléchit, s’organise, s’évalue avec les enfants et les adolescents sur la base de deux valeurs essentielles : la liberté et le vivre-ensemble.

Agir avec… ou agir sur le projet pédagogique

Le projet d’un centre de loisirs regroupe un projet éducatif, un projet pédagogique et des acteurs… Dans ces acteurs, il y a bien sûr l’équipe éducative, les parents, les élus, mais aussi, et surtout, les enfants et les adolescents. Ils sont le coeur et la raison d’être des espaces éducatifs.

Alors comment les associons-nous à la conduite du projet pédagogique ? Les leviers sont nombreux, que ce soit par la mise en place d’un conseil d’enfant pour l’évaluation du projet et de la vie quotidienne, ou par des modalités permettant aux enfants d’échanger et de confronter leurs idées pour aboutir à l’émergence de leurs projets collectifs.

Agir avec… ou agir avec et sur leur territoire


Sur certains territoires, l’été est une période d’effervescence, le monde sportif, culturel et social proposant toutes sortes d’événements : des festivals, des fêtes de village, des manifestations sportives... Sur d’autres territoires, l’été est synonyme d’arrêt des activités associatives, de départ des populations en vacances, de désert social et culturel… Quel que soit le lieu, le centre de loisirs éducatif se positionne comme un acteur territorial grâce à sa triple fonction éducative, sociale et culturelle.

D’une part, il intègre dans son projet tous les événements rythmant la vie locale pour que les enfants et les adolescents les vivent et s’y impliquent. D’autre part, il leur propose de devenir des auteurs d’animations sociales et culturelles qui mobilisent les habitants du quartier ou du village. Cet été, des centres de loisirs proposeront à des adultes de participer à la création de leur spectacle, à l’exposition de leurs créations, les sensibiliseront au développement durable ou les inviteront à venir découvrir le ciel avec la « Petite Ourse ».

Agir avec… ou proposer une diversité d’espaces éducatifs et de formes d’accueil


Agir avec les enfants et les adolescents, c’est agir avec tous les enfants et les adolescents d’un territoire, inscrits ou non au centre de loisirs, au club ados ou à l’espace jeunes ! Agir avec, c’est aller à leur rencontre, leur proposer de nouveaux espaces éducatifs à vivre et de nouvelles formes d’accueil qui correspondent mieux à leurs besoins et attentes. Cet été, des ateliers de rue vont naître dans des villes, des K’ravanes vont sillonner des villages, des animateurs vont proposer, avec les enfants du centre de loisirs, un grand rallye dans la commune pour tous les enfants du territoire…

Passer du « faire pour » au « faire avec » nécessite d’interroger le rôle de l’équipe éducative et de tous ses membres. Cela implique aussi de construire avec toute l’équipe, riche d’une diversité de parcours, de formes d’engagement, de statuts. Enfin, passer du « faire pour » au « faire avec » demande de convaincre chacun en élaborant le projet pédagogique avec les parents, les bénévoles, des habitants.

Camaraderie avril > juin 2016 / n°313 - Le magazine des Francas