Joussour

Les outils

Qu’est ce que le FICR ?

Le Fonds d’Initiatives Collectives de Rencontres (FICR) est un des outils du Programme d’Activités Communes Transversales (PACT). Le PACT a pour objectif le renforcement collectif des associations, la mutualisation des expériences et la mise en réseau des membres de Joussour.

Objectifs du FICR

L’objectif global du FICR est de contribuer au renforcement des capacités collectives des associations, par le soutien des échanges et des synergies entre elles et de favoriser l’organisation et la structuration de la société civile et enfin d’encourager le dialogue avec les pouvoirs publics.

Son objectif spécifique est de soutenir des actions mises en œuvre par un réseau d’associations seules ou en partenariat avec des collectivités locales algériennes et/ou françaises membres ou non membres du Programme, autour de thématiques liées aux questions de l’enfance et de la jeunesse et du rôle de la société civile dans ce champ d’action.

Critères d’éligibilité au FICR :

Le FICR vise à accompagner les initiatives de mise en réseau et de plaidoyer d’associations sur l’ensemble du territoire algérien, en partenariat ou non avec des ONG françaises ou européennes.

Les initiatives soutenues doivent être initiées et menées par un réseau d’au moins trois associations qui désignent une association algérienne, membre de Joussour, chef de file pour porter la responsabilité administrative et financière du projet. Le projet doit se dérouler sur une période de 12 mois.

Les initiatives soutenues sont forcément portées par des associations algériennes régies par la loi 90/31, déjà actives « sur le terrain » (activités et mobilisation de ses membres effectives) et désireuses de développer leurs réseaux en fonction d’un intérêt thématique, territorial ou transversal. Ces initiatives s’inscrivent dans les objectifs spécifiques du programme et bénéficient directement à des organisations développant des projets au bénéfice des enfants et des jeunes.

L’association algérienne chef de file doit être en partenariat avec au moins deux associations algériennes et/ou européennes. Le réseau peut être élargi à des associations ou à des collectivités locales non membres du programme.

Les initiatives visant à associer ou à développer des actions de plaidoyer en direction des institutions et pouvoirs publics algériens sont favorisées.

Etapes de l’appel à projets du FICR :

Les modalités de mise en œuvre du FICR comportent deux phases :

Première phase :

Pour la mise en œuvre du FICR, un appel à manifestations d’intérêt (AMI) est lancé auprès des membres de Joussour en vue de récolter leurs idées et intentions de mise en œuvre d’actions collectives.

Des rencontres, des activités collectives seront proposées par la cellule afin de favoriser la naissance d’initiatives collectives.

Seconde phase  :

Les réponses reçues, dans le cadre de l’AMI, feront l’objet d’un programme d’accompagnement à la formulation des propositions complètes, animé par la cellule de coordination afin d’orienter les porteurs d’actions collectives, de leur offrir l’opportunité de se rapprocher pour finaliser la demande commune.

Types d’actions soutenues

  • Rencontres de partages et d’échanges d’expériences au niveau local, régional et/ou national afin de permettre une large participation des acteurs qui travaillent dans le domaine de l’enfance et/ou de la jeunesse ;
  • Organisation de forums de discussion (séminaires, conférences, tables rondes) pour favoriser le dialogue entre les organisations de la société civile et les pouvoirs publics ;
  • Mise en réseau des acteurs œuvrant dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse (associations, animateurs, éducateurs, maison de jeunes, APC) ;
  • Mise en œuvre d’actions collectives de plaidoyer en faveur de l’enfance et de la jeunesse ;
  • Mise en réseau et échanges de pratiques dans des domaines spécifiques relatifs à l’enfance et à la jeunesse ;
  • Mise en réseau des associations actives en faveur des enfants et des jeunes sur un même territoire (localité, Wilaya).

Eléments budgétaires relatifs au FICR

Pour la phase 2010-2012, le budget total du fonds s’élève à 213 600 € cofinancé à hauteur de 75 % par Joussour soit 160 200 € de dotation globale.

Le budget total maximum de l’action collective est de 26 700 € et son budget minimum de 6 000 € ;

La répartition du financement de l’action collective est la suivante : subvention maximale par le fonds de 75 %, apport valorisé de 10 % maximum et apport en cash de 15 % minimum ;

Les animations thématiques s’inscrivent dans le cadre des activités transversales de Joussour. Elles ont été introduites dans la phase 2013-2016.

Dans la phase actuelle, les animations thématiques constituent un enjeu majeur, puisqu’elles peuvent servir de levier pour la mise en place de réseaux thématiques.

Objectifs des animations thématiques

  • Initier des dynamiques de travail en réseau entre les associations de territoires différents qui œuvrent dans les mêmes champs d’action ou qui partagent les mêmes préoccupations ;
  • Favoriser l’émergence de dynamiques collectives, d’initiatives de travaux de réflexion pluri-acteurs (des deux rives) et de constitution de groupes de travail durables et pérennes ;
  • Amener les associations membres et leurs partenaires à se structurer en force de proposition auprès des pouvoirs publics nationaux ;
  • Favoriser les espaces d’échange et de concertation entre acteurs associatifs et acteurs publics, autour de la question de l’enfance et de la jeunesse à travers des thématiques précises.

La démarche 

Les animations thématiques aboutissent à la constitution de groupes travail sur des thématiques précises. Il s’agit de groupes constitués d’associations membres (Algériens et Français) avec implication des pouvoirs publics et qui mettent en place des processus de réflexion autour des thématiques sélectionnées.

La constitution de ces groupes de travail se fait avec l’accompagnement du programme en partant sur des initiatives déjà enclenchées. Ces initiatives seront repérées suite à un appel à contribution. Après quoi, la cellule, sous l’encadrement du comité de pilotage, accompagne la mise en forme de ces groupes de travail et la structuration de leur travail.

Cet appui et accompagnement se fait aussi bien sur le plan technique que financier. L’objectif étant d’aboutir à un produit durable : la mise en place d’un réseau, d’une commission permanente, d’un projet/programme commun,…

Ces groupes de travail pourraient devenir des références dans la thématique en question, une force de proposition, ou une entité consultative qui peut aussi bien s’allier avec les pouvoirs publics qu’avec les autres acteurs du même domaine (associatifs, ONG, université, groupes de recherche…)

Les thématiques

Les thématiques seront identifiées avec les membres concernés et validées par le comité de pilotage. Idéalement, les trois groupes de travail devraient chacun s’inscrire dans l’une des trois thématiques suivantes et qui sont en rapport avec les raisons d’être du programme :

1. Enfance et droits : Quels dispositifs pour une garantie des droits fondamentaux et pour la protection de l’enfance vulnérable ?

2. Jeunesse et citoyenneté : Quels dispositifs pour une meilleure prise en charge de la mobilisation et de l’engagement des jeunes dans l’action citoyenne ?

3. Utilité sociale : Quelle forme d’organisation et de coordination pour la valorisation de la société civile et de son impact ?

Elles devront être en lien avec les 5 enjeux :

1. Renforcement des capacités individuelles des associations 

2. Les capacités collectives des associations 

3. La valorisation et la reconnaissance de l’action associative 

4. La mobilisation citoyenne de la jeunesse 

5. Les capacités d’action et de dialogue avec les pouvoirs publics 

1. CONTEXTE

Le Comité de pilotage du programme, lors de sa réunion de juin 2011, a mis à l’ordre du jour la question des activités à engager dans le cadre du PACT et particulièrement sur les « rencontres régionales ». Après de fructueux échanges, les missions du PACT ont été définies et les activités identifiées, jusqu’à décembre 2012. Ainsi, et tenant compte à la fois des besoins exprimés et/ou ressenties par les acteurs notamment associatifs et de l’importance de « construction » d’espaces pluri-acteurs favorisant la mise en relation, la concertation, le travail en commun, la mise en réseau… pour la production de synergies autour de thématiques et/ou de territoires donnés, un intérêt particulier a été accordé par le Programme à l’organisation de « rencontres régionales ».

2. OBJECTIFS DES RENCONTRES RÉGIONALES

Composante importante du PACT, les rencontres régionales conçues comme « espaces » et « lieux » de rencontres, de concertation, de réflexion et d’actions communes, ont pour vocation de favoriser, le décloisonnement entre les différents acteurs d’un territoire donné (associations, pouvoirs publics, collectivités locales...) œuvrant dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse. Mieux, elles visent à créer les conditions de production de synergies indispensables pour améliorer l’efficacité et l’efficience de l’intervention des acteurs sur la thématique citée et à renforcer par la même les capacités et le poids du mouvement associatif national. Plus précisément, les rencontres régionales ont pour objectifs :

• d’initier une démarche de concertation, impliquant les membres et leurs partenaires notamment les pouvoirs publics sur les territoires, afin de renforcer les collaborations autour des questions liées à l’enfance et la jeunesse ;

• d’impulser une dynamique susceptible de favoriser une mise en réseau permettant aux acteurs associatifs et « institutionnels » de construire des passerelles afin de consolider la complémentarité de leurs interventions, tisser et renforcer leurs liens au service de l’enfance et de la jeunesse ;

3. RÉSULTATS ATTENDUS

• le dialogue et la concertation entre pouvoirs publics et associations œuvrant dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse sont développés ;

• des partenariats inter-associatifs et avec les pouvoirs publics sont renforcés autour d’actions favorisant une meilleure prise en charge des besoins des populations cibles (enfance et jeunesse).

Un programme collectif de capitalisation de Joussour a été lancé en 2009. Il a été animé par deux experts, Mounir Bencharif et Pierre-Jean Roca et couvre le lancement et la première phase du programme (2006-2010).

A la lumière des résultats obtenus suite au travail collectif accompli en 2009, il a été décidé la continuité du processus de capitalisation pour la phase 2010-2012, en le faisant porter aussi par un binome d’experts auprés de Joussour.

Cette "lecture partagée de l’expérience collective" est téléchargeable en format PDF en bas de cette page.